vendredi 23 février | 15:25

Food battle : Festival Matsuri VS Japan Expo.

3

Ce mois de juillet aura été riche en évènements japonais avec notamment le festival Matsuri qui a eu lieu au parc floral de Vincennes du 7 au 9 juillet. Puis un enchaînement de la Japan expo le week-end suivant au parc des expositions de Villepinte.
2 manifestations bien différentes mais toujours pour les amoureux de la culture japonaise. Présente sur les 2 fronts, laissez-moi vous donner mon humble avis.

C’était le 2eme opus du festival Matsuri et cette année les organisateurs ont vu grand dans un lieu que j’ai trouvé bien plus adapté que la cité fertile où avait eu lieu le 1er matsuri. Grand hall pour les stands de culture traditionnelle, les allées extérieures pour la scène, les yataï et diverses activités et enfin les pavillons pour le saké et le tourisme.
Le parc floral est un vrai poumon de verdure qui offrait entre autre une petite bambouseraie propice à recevoir les tanzaku pour tanabata le premier jour.

Crédit photo @festivalmatsuri

J’ai aimé me balader sur les stands culturels et artisanaux reflétant la culture traditionnelle.

Crédit photo @festivalmatsuri

Pour moi Matsuri = yataï et par chance il y en avait pas mal : curry, gyudon, donburi, sando, takoyaki, gyoza, etc… Et pour les becs sucrés il y avait des taiyaki, glaces au matcha, stands de friandises japonaises. Bien que la quantité ne fasse pas toujours la qualité ( et oui il y avait des stands qui pour moi dénotaient quelque peu) on notera la présence de Okasan et ses gyudon, mais aussi des artisans qui proposaient leurs produits comme les boissons fermentées de Amazakéya, la future maison de thé Kijin, les produits fermentés de la maison du Koji, et les délicieux daifuku de Oh mochi.

Liens sur chaque logo

Pour la partie saké, pas de déception pour ses amateurs, diverses brasseries étaient au rendez-vous dans le pavillon « Saké station » et présentaient divers junmai et autres spiritueux comme le shochu et le whisky japonais avec dégustation à la clef.

LA dégustation phare du week-end était proposée par le restaurant Kunitoraya Paris sur l’énorme stand de la préfecture de Kochi dans le pavillon tourisme. Le chef du restaurant nous avait préparé une spécialité locale : le katsuo no tataki, un sashimi de bonite légèrement grillé, servi glacé avec des algues, ciboule et myoga.
Préparé devant nous et servi à la minute, on a pu régaler nos yeux et nos papilles avec ce met délicat et riche en umami.

Crédit photo @kyalolu

1 semaine plus tard, la Japan expo (qu’on ne présente plus) ouvrait ses portes.
Évènement incontournable des amoureux du Japon depuis plus de 20 ans, les organisateurs arrivent encore à nous surprendre avec leurs invités et diverses activités. Côté gastronomie, on peut dire que nous avons été servis.

Au delà des food courts disséminés aux 4 coins du parc des expos, le groupe de restaurateurs Kintaro offrait une véritable expérience immersive dans le monde de la street food japonaise avec le quartier Manga food et ses nombreux yatai proposant les classiques onigiri, takoyaki, ramen d’été, curry, sando, kakigori et divers bento dans un décors vraiment soigné.

Crédit photo @Japanglossy

Sur la scène washoku les démonstrations n’étaient pas en reste avec Le riz jaune et Gastronogeek qui offraient une démo quotidiennement. Ainsi que la pâtissière Emma Obadina qui présentait les nerikiri : petites pâtisseries colorées à base de pâte de haricot blanc.

Crédit photo @japanglossy

Le chef Ito du restaurant Kushikatsu bon nous a fait le plaisir de partager sa recette du katsusando en direct live.

Crédit photo @megu

Toujours sur cette scène on pouvait assister à une conférence sur le riz japonais : ai-je besoin de rappeler l’importance de ces petits grains blancs dans la cuisine japonaise ? En plus de la présentation, la compagnie productrice de riz « Eco rice Niigata » nous présentait du pain fait à base de farine de riz ainsi qu’un riz presque instantané : le riz Alpha.

LA dégustation vedette de la Japan Expo venait de bretagne (et oui) . Pendant 4 jours Antoine, le chef cuisinier de l’atelier du Japon, amoureux de la gastronomie et du Japon comme nous, proposait une dégustation de son yuzucha 100% fait maison avec des yuzu provenant de la préfecture de Kochi.
La cuisine, quel que soit le pays c’est avant tout le partage et la générosité. Antoine incarne parfaitement ces valeurs : en effet il ne vendait rien. Sa présence sur le stand de “Vu du Japon” n’avait pour but que la découverte d’un produit encore méconnu, de qualité et fait avec passion.

Crédit photo @lesateliersdujapon

Pour conclure je dirais que le festival Matsuri encore très jeune promet une évolution plus que positive et pourrait devenir aussi incontournable que la Japan expo. Reste aux organisateurs des 2 évènements de garder le cap sur l’amélioration des stands de restauration et la variété des ateliers, démonstrations et dégustations.

A propos de l'auteur

Hello, je suis Kyalolu: rédactrice cuisine japonaise. Tombée dans la culture japonaise quand j’étais petite, je partage avec vous ma passion pour ce beau pays aux travers de sa gastronomie. Itadakimasu! ^_^

3 commentaires

  1. Coucou Kyalolu !
    Merci pour ce super article ! Permets moi de compléter celui-ci en indiquant que Osara était présente sur le stand de Vu du Japon au côté d’Antoine le dimanche pour faire déguster quelques-unes de ses créations. Pour ma part, j’ai pu goûter à son financier au sobacha ! Un délice !
    Dans le quartier WABISABI, il y avait aussi une dégustation de thé matcha proposé par l’entreprise du frère de Tokyo no Jo. MagiiicalKitty qui n’est pourtant pas très fan de thé, s’est installée à sa table pour découvrir ses gammes de thé venus tout droit du Japon. Elle en parlera plus précisément dans un article dédié au quartier WABISABI.

Laisse un commentaire :-)