jeudi 3 décembre | 05:58

Dark Water – Chronique Halloween

0

Fiche technique :dark water 1

Titre : Dark Water
Titre original : Honogurai mizu no soko kara
Origine : Japon
Genre : Épouvante / horreur
Réalisateur : Hideo Nakata
Année de production : 2002
Durée : 101 mins

Synopsis :

Yoshimi Matsubara, fraichement divorcée, emménage dans un nouvel appartement avec sa fille Ikuko. Très vite, l’endroit se révèle être insalubre : des bruits de pas se font entendre à l’étage, une fuite au plafond prend de plus en plus d’ampleur, et d’étranges apparitions hantent la mère et sa fille.

 

Casting :

Hitomi Kuroki nous émeut dans son rôle de mère divorcée qui, malgré les difficultés, continue de se battredark-water-2 pour sa fille. Rio Kanno, malgré son jeune âge, est très juste dans son jeu et arrive même à nous faire verser de chaudes larmes lors de son final !

Hitomi Kuroki dans le rôle de Yoshimi Matsubara
Rio Kanno dans le rôle d’Ikuko (5 ans)
Mirei Ogushi dans le rôle de Mitsuko Kawai
Asami Mizukawa dans le rôle d’Ikuko (16 ans)

Chronique d'Emerita

9.0
90%
Suspense et chaudes larmes

Beaucoup de suspense, un peu d’épouvante et un soupçon de larmes, voici la recette d’Hideo Nakata pour son film Dark Water. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça fonctionne très bien ! L’ambiance angoissante se fait ressentir tout au long du film, avec plus d’intensité au fur et à mesure que l’on avance dans l’histoire, et le dénouement achève nos nerfs avec une scène des plus déchirantes !

La peur s’insinue progressivement dans la vie de Yoshimi Matsubara par de petites étrangetés auxquelles elle fait face : C’est grâce à des subtilités oppressantes que le spectateur va ressentir un malaise, ce n’est pas de la peur brut à base de jump scare ou de scènes gores bien au contraire : les apparitions de la petite fille qui hante les lieux sont lentes mais effrayantes et parfois même originales notamment la toute première apparition dans l’ascenseur où l’on ne voit que sa main se glisser dans celle de Yoshimi. Il ne suffit que d’un insert de mains, ou d’une tache d’humidité au plafond qui s’agrandit, pour nous faire frissonner et c’est là le génie d’Hideo Nakata.
De même, l’ambiance sonore est en grande partie responsable de la tension ressentie : il n’y a quasiment jamais de musique, seulement les bruitages de portes, de gouttes qui tombent, de pluie sur les vitres, et un son dissonant pour prévenir autant le personnage que le spectateur que quelque chose cloche.

Visuellement, la photographie reste assez neutre. Les personnages sont placés dans des décors étroits (en plus de ça insalubres, délabrés), avec des plans rapprochés d’eux qui donnent une impression d’enfermement.

Pour finir, Dark Water n’est pas seulement un film d’épouvante / horreur mais également un vrai drame poignant ! Sur le thème de la famille et plus précisément de la maternité, c’est aussi l’histoire d’une mère qui mène un combat contre son ex-mari pour avoir la garde de sa fille et qui va se sacrifier pour sauver la vie de cette dernière. C’est une fin émouvante, qui fait verser des torrents de larmes pour les plus sensibles d’entre nous.

  • Histoire
    9
  • Casting
    9
  • Dénouement
    10
  • Lieux / Décors / Paysages
    8

A propos de l'auteur

DramAddict qui veut partager sa passion <3

Laisse un commentaire :-)