La chasse dans les collines

0
La chasse dans les collines

Titre : La chasse dans les collines
Auteur : Yasushi Inoué
Genre : Recueil, romance, historique
Éditeur : Editions Stock
Nombres de pages : 176 Pages
Prix : 8.65€
Date de sortie : 1999

Résumé :

Un chasseur invétéré découvre au cours d’une de ses battues – et dans un recoin abrité propice aux rendez-vous clandestins – un mouchoir appartenant à sa jeune épouse. Découverte qui confirme les soupçons qu’il nourrissait vaguement. Que va-t-il faire ? Aller jusqu’au bout de son destin de chasseur et “tirer sur son malheur afin de le dépasser grâce au plaisir de la vengeance”…?
Qui est cette femme étrange venue assister sans invitation à la veillée funèbre de Reisaku Niizu, le célèbre journaliste, mort le lendemain de son retour à Tokyo après trois ans d’une absence inexpliquée ? et qu’a-t-elle vu en soulevant – geste scandaleux – le voile qui recouvrait la tête du cadavre ? Deux lettres de “l’intruse”, l’une adressé à l’épouse du défunt, l’autre au mort lui-même éclaircissent le mystère en racontant l’histoire d’un amour fou…
Un amour fou encore que celui d’Omitsu, la zonarde de Kobe, qui frime, durant la guerre parmi de jeunes loubards lancés à la conquête d’un bonheur impossible dont ils ignorent même les contours…

Informations sur l’auteur :

Poète, nouvelliste et romancier, Yasushi Inoue est l’un des plus grand et plus populaire écrivain japonais de son temps. Certaines de ces œuvres ont été adaptés au cinéma mais également au théâtre.
Également l’auteur de «Le fusil de chasse».

Chronique de Lalaa

Qui pousse à la réflexion

Certes, lorsque l'on voit cette couverture rose peu attirante, ce n'est pas un roman sur lequel on irait, et on aurait bien tort !
Car si l'on retourne ce roman et qu'on lit ne serait-ce que le synopsis, ce dernier pique notre curiosité pour finalement nous laisser l'emporter.

Grand nom de la littérature japonaise, Yasushi Inoué m'avait déjà surpris lors de ma lecture de son roman Le fusil de chasse , et des thèmes qu'il y abordent.

Cette fois encore, l'auteur fait fort !

Le roman est divisé en trois histoires, plus ou moins courtes, et malgré le peu de pages du premier récit, l'écrivain arrive de suite à nous inclure dans l'histoire.
Dès les premières lignes, le décor est posé, je me sens comme autour d'un feu dans un chalet, où un temps de parole est donné à chacun.
Un homme se met à parler de lui et d'une aventure qui lui est arrivée en tant que chasseur.
L'homme raconte alors ce bout de vie, où en partant à la chasse, il est tombé sur le mouchoir brodé de sa femme en pleine forêt.
Un mouchoir qui, bien sûr, n'a rien à faire ici...
Quel est la réaction de ce mari ? Que décide t-il de faire ? Va-t-il aller au bout de ce qu'il veut entreprendre ?
Toute la subtilité de ce récit réside dans ces questions, et je trouve le dénouement des plus surprenant !

Le deuxième récit, plus long, m'a moins accroché que le premier.
A travers 90 pages environ, nous découvrons un bout de vie, celle de Niizu Reisaku, cet homme revenu sur Tokyo après trois ans d'absence en pleine montagne, et mort subitement le lendemain de son arrivée.
Lors de la veillé funèbre, une femme inconnu de tous, fait son apparission. Elle reste peu de temps, juste le temps de se receuillir et de soulever le voile blanc qui était sur le visage de l'homme décédé.
Que voit-elle pour être aussi surprise ? Et surtout, qui est-elle ?

C'est à travers ces questions que le récit se découpe en trois parties, trois lettres, toutes écrite par cette femme mystérieuse.
La première où elle s'adresse à la femme de Niizu , et les deux autres, ou elle s'adresse à Niizu lui-même.
C'est à travers la vision de cette femme que l'on connaitra notre "héros" décédé, et qu'on découvrira leur vie à la montagne.
Qui est-elle pour Niizu ? Quelle vie a mené Niizu et pourquoi s'est-il soudainement retiré à la montagne, loin de sa femme et de ses enfants ?

Pour le dernier récit, dont j'ai eu du mal à me détacher tellement il était prenant, nous suivons une adolescente rebelle et fugueuse en période de guerre.
L'intrigue est raconté comme si la femme parlait d'elle au passé.
Basé sur les dates du bombardement de Kobe, le récit se déroule sur trois ans
, durant lesquels, Omitsu, notre héroïne, nous décrit les moments les plus marquants de cette époque.
Au début, bien loin de se douter d'un bombardement, elle nous dévoile une vie paisible, où beaucoup de jeunes vivent de rien.
Surnommé "Zonard" ou "Loubard", ils recherchent un certain bonheur en cette période de guerre.
Bien loin des histoires à l'eau de rose, Yasushi Inoué met en avant un premier amour bien différent des contes de fée en cette période difficile.
L'auteur nous emmène dans cette histoire avec une grande facilité, comme si on vivait cette vie avec Omitsu que l'on faisait partie de sa bande.

Le roman est vraiment très intéressant.
Yasushi Inoué met en avant trois femmes dans trois récits, accompagnés de trois hommes.
Tous sont différents, et pourtant tout se retrouve lié par ce roman et par l'amour, difficile à recevoir de l'autre, et pour lequel parfois on se bat.

Je ne peux que vous recommander ce roman historique mélangé à la romance, qui aborde des thèmes d'époque que l'on retrouve ce jour.

A propos de l'auteur

Hello ! Moi c'est Lalaa, passionnée par la culture Japonaise depuis bon nombres d'année. Je suis devenue rédactrice roman après avoir testé plusieurs catégories sur Japan Glossy. Je prends plaisir a vous faire découvrir des romans japonais récent comme plus vieux.

Laisse un commentaire :-)