jeudi 3 décembre | 05:00

Ju-On : Origins – saison 1

2

Fiche technique :ju-on

Titre : Ju-on : origins
Origine : Netflix
Épisodes : 6
Durée d’un épisode : 30 minutes environ
Genre : horreur
Réalisateur : Shô Miyake
Scénaristes : Takashige Ichise, Hiroshi Takahashi
Compositeur : Kuniaki Haishima

Petit warning : la série est interdite au -18ans

Synopsis :

Les funestes et horribles destins de plusieurs personnages s’entrecroisent, tous liés à une maison particulière. On suit un auteur chasseur de paranormal à la recherche de cette fameuse maison, une lycéenne au comportement dérangé qui se fait agressée justement dans cette maison et enfin une actrice qui a perdu son mari peu de temps après avoir visité la maison en question afin d’y emménager. La maison semble être l’élément déclencheur des évènements aussi dramatiques qu’effroyables que vivent tous ces protagonistes.

Casting :

Un très bon casting dans l’ensemble de la série. Les jeux d’acteurs sont variés d’un personnage à l’autre : Ririka, dans le rôle de Kiyomi adopte un comportement complexe et complètement déséquilibré, à l’inverse de l’auteur Yasuo, interprété par Yoshiyoshi Arakawa, qui est de nature calme avec un jeu assez neutre. Et enfin, nous avons la douce et inquiète Haruka Honjo. J’aime pensé que la maison est également un personnage (et pas des moindres) de la série, celui qui révèle les pires atrocités dont l’humain est capable.

Personnages principaux :juon cast

Yoshiyoshi Arakawa dans le rôle de Yasuo Odajima
Yuina Kuroshima dans le rôle de Haruka Honjo
Ririka dans le rôle de Kiyomi Kawai
Kana Kurashina dans le rôle de Kimie Ariyasu
Kai Inowaki dans le rôle de Tetsuya Fukazawa

Chronique d'Emerita

5.5
55%
Dérangeant

Bon ! Je vous avoue que j’ai longtemps hésité avant d’écrire sur Ju-On : origins. J’ai eu beaucoup de mal à la regarder pour plusieurs raisons que je vais approfondir ici avec vous. Mais avant, revenons à la base de cette série : Ju-on : origins est le préquel des célèbres films japonais Ju-On (connus sous le nom The Grudge) réalisés par Takashi Shimizu, elle se déroule donc dans le passé bien avant les évènements de la saga.

Je tiens à prévenir qu’il y aura des spoilers importants dans cet article, donc si vous n’avez pas encore vu la série je vous conseille de revenir une fois le visionnage terminé !
Encore une petite précision, il n’y a pas forcément besoin de voir les films avant, la série peut se regarder indépendamment.

Bien, commençons ! Le premier point qui m’a empêché d’apprécier la série, c’est la temporalité. L’épisode 1 se passe relativement bien, mais à partir de l’épisode 2 on commence à voir apparaitre des années qui séparent les évènements que l’on suit, et là on se perd. Personnellement j’ai très vite décroché de la série à cause de ça, je ne m’y retrouvais plus. De plus, il y a plusieurs histoires traitées, pas toutes dans la même temporalité mais qui finissent néanmoins par se rejoindre (en tout cas, pour la plupart), c’est assez brouillon. Je ne pense pas que ce soit moi qui ait manqué d’attention, il y a un vrai problème sur la chronologie des évènements qui entraine une compréhension bancale des intrigues.

Autre point, la série « d’épouvante-horreur » tend plus à rendre le spectateur mal à l’aise qu’à lui faire peur. Malgré quelques éléments classiques de mise en scène horrifique, il n’y a aucune véritable scène « d’épouvante », mais seulement des scènes dérangeantes, malsaines et violentes qui montrent les atrocités que l’Homme est capable d’infliger à autrui. Aucun jump scare, pas de tension ni de suspense, mais de la violence parfois gratuite (je pense notamment à la scène dans laquelle un homme bat une petite fille dans une voiture, une scène qui n’a absolument aucune conséquence sur le reste de la série), bref, une atmosphère bien plus sordide et perverse qu’horrifique.

Dernier point, les personnages : excepté Yasuo, les autres n’ont pas de profondeur. On connait leurs noms, quelques détails de leur vie mais on reste en surface parce qu’on n’a pas le temps (Et oui, 6 épisodes de 30 minutes c’est quand même court).

Malgré ce pêle-mêle temporel d’histoires étranges et complexes, j’ai trouvé l’intrigue de Yasuo assez intéressante, notamment son lien avec la maison et le fait qu’il soit le seul à très bien s’en sortir, comme si la maison l’avait choisit pour raconter ses histoires. Au final, je pense qu’il ne s’agit pas forcément de comprendre quelque chose de la série mais de la ressentir, exactement comme les personnages ne comprennent pas ce qu’il se passe avec la maison mais ressentent ce malaise intense tout du long, et sont poursuivis par quelque chose qui les dépasse.
Autre chose qui est selon moi très bien pensé : l'effet de réel. On est plongé dans une dimension très réaliste dès le début avec ces paroles 'inspirés de faits réels". De plus, ce n'est pas du tout le surnaturel qui prend le dessus mais justement l'aspect plus "réaliste" et concret: on fait face à des relations humaines malsaines, de la violence conjugale, du viol. On arrive à la conclusion que ce n'est pas la maison en elle-même le problème et surtout la cause de toute la cruauté dont on est le témoin durant ces 6 épisodes, c'est l'Homme.

Bon vous l’aurez compris, je ne conseillerais pas Ju-on : origins, j’ai vu bien mieux comme série japonaise horrifique. Je suis quand même curieuse de savoir ce que vous en avez pensé, avez-vous eu le même ressentis que moi ou est-ce que je suis passée à coté de quelque chose ?

  • Histoire
    3
  • Casting
    8
  • Dénouement
    4
  • Lieux / Décors / Paysages
    7

A propos de l'auteur

DramAddict qui veut partager sa passion <3

2 commentaires

  1. Je suis assez d’accord avec ton avis, j’ai été un peu déçue par le coté “vite vu” de l’histoire, ça aurait mérité des épisodes plus longs et plus approfondi sur les protagonistes. Le sujet est très intéressant mais pas traité a sa juste valeur. Je suis restée un peu sur ma faim.

    • Exactement, c’est dommage ! Apparemment, il y aura une saison 2. À voir s’ils décident d’étoffer un peu tout ça !

Laisse un commentaire :-)