dimanche 17 janvier | 11:29

Furugi, le vintage japonais

0

La mode du vintage continue de faire parler d’elle : entre la recherche d’une pièce originale (d’un grand créateur ou à petit prix), ou simplement la volonté de faire un petit geste pour l’environnement, chacun peut y trouver son compte. La mode japonaise n’est pas en reste face aux influenceurs américains et européens.

Furugi signifie littéralement “vieux vêtement” ou “vêtement usagé”, mais désigne également la mode du port de vêtements d’occasion ou vintage. Cette tendance vient en partie du faible budget que les jeunes allouent à leur garde-robe. Il sont souvent à la recherche de vêtements iconiques de marque afin d’ajouter une touche luxueuse à leurs tenues. Certaines tendances ou modes alternatives comme le Mori mettent l’accent sur des pièces anciennes, plus authentiques et ayant plus de charme que des vêtements neufs et modernes. L’amour des japonais pour le furugi est tel que le New-York Times a renommé Tokyo de “Planet Vintage”.

 

Les boutiques vintage tendent à mettre l’accent sur l’unicité de leurs pièces plutôt que l’aspect ancien ou bon marché d’un vêtement de seconde-main. Chaque article proposé en magasin est inspecté avec soin par les vendeurs. Peu, voire aucune pièce élimée ou tâchée ne figurera sur les étagères ou dans les rayons.

Il existe trois classifications majeures de boutiques vintage au Japon :

  • Les chaines de magasins d’achats en gros présentant leurs articles sans marque par type de vêtement ou par couleur;
  • Les magasins vendant des pièces de créateurs usagées;
  • Les magasins indépendants sélectionnant soigneusement les fripes qu’ils proposeront à la clientèle.

 

Trois quartiers de Tokyo se disputent le marché du vêtement d’occasion, et chacun a su se distinguer par leur style.

Shimokitazawa : le quartier bohème de le la capitale est un lieu incontournable pour les amoureux du vintage. Il faut visiter les petites ruelles pour dénicher les nombreuses boutiques indépendantes.

Koenji : Moins avant-gardiste et plus discret que Shimokitazawa, le quartier n’en reste pas moins un bon terrain de chasse pour qui aime fouiller et chercher ses trésors dans une ambiance décontractée.

Harajuku : Nul besoin de présenter l’épicentre de la culture Kawaii. Parmi les magasins de vêtements excentriques se cachent des petites boutiques authentiques regorgeant de véritables pépites.

 

Le coup de cœur de Megu :

Je ne peux que vous recommander la boutique de seconde-main Chicago. En plus de proposer des vêtements d’origine américaine (entre autre), on y trouve un large choix de kimono, yukata, et de nombreux accessoires propres au kitsuke (art de porter le kimono). En plus des prix attractifs, vous serez exemptés de taxe sur présentation de votre passeport. Un petit détail non négligeable lorsqu’on surveille de près son budget.

Tenue réalisée à partir d’une jupe trouvée chez Chicago. Elle a été réalisée à partir d’un kimono. Je l’ai assortie à un bomber façon “Sukajan” (Souvenir Jacket) après avoir vu un mannequin de la boutique habillé d’un kimono et d’un Sukajan.

 

Si vous n’avez pas la possibilité de créer votre look vintage au Japon, sachez qu’il existe des boutiques en France ! Pour ma part, je fréquent régulièrement le magasin Tilt Vintage de Lille et ne manque jamais une occasion de me rendre chez Kilo Shop Kawaii lors de mes petites virées shopping à Paris. Et pendant Japan Expo, je visite toujours les stands Aoi Clothing pour y dénicher des kimono. A votre tour de créer vos propres looks vintage !

A propos de l'auteur

Coucou c'est Megu ! Rédactrice mode pour le site, je suis fortement influencée par la culture Harajuku. J'aime également le dessin, la gastronomie et les traditions japonaises.

Laisse un commentaire :-)