Le chat qui venait du ciel

0
Le chat qui venait du ciel

«A première vue, c’étaient des lambeaux de nuages qui flottaient.»

Titre : Le chat qui venait du ciel
Titre japonais : Neko no kyaku
Auteur : Hiraide Takashi
Genre : Quotidien, Autobiographique
Éditeur : Éditions Philippe Picquier
Nombres de pages : 136 Pages
Prix : 13€
Date de sortie : Aout 2017 (version illustré) / Mars 2004

Résumé :

Un jeune couple emménage un jour dans le pavillon d’une ancienne demeure japonaise, entourée d’un immense et splendide jardin. Et au cœur de ce jardin, il y a un chat. Sa beauté et son mystère semblent l’incarnation même de l’âme du jardin, gagné peu à peu par l’abandon, foisonnant d’oiseaux et d’insectes.

Information sur l’auteur :

Takashi Hiraide est né le 21 Novembre 1950 dans la Préfecture de Fukuoka.
Poète et écrivain, il vit avec son épouse, également poétesse, Michiyo Kawano.
Son premier recueil de poèmes est sorti en 1976.
Il a longuement travaillé pour le magazine Bungei, et enseigne à la Tama Art University depuis 1990.
Il est auteur de roman mais également d’essais.
Son premier livre est bien entendu Le chat qui venait du ciel, largement autobiographique, qui lui a valu le prix Kiyama Shohei Award.

Extrait du roman

Chronique de Lalaa

Et si on reprenait à zéro ?

Alors que j'avais choisi avant tout ce livre car il était court et qu'avec mon déménagement je savais que j'aurais que peu de temps pour lire, la difficulté à rentrer dans l'histoire m'a retardée plus que prévu.

Je vais commencer par ce point: la difficulté que j'ai eu à m'approprier ce roman. En effet, le premier chapitre ne m'a pas du tout emballé !
Je n'ai jamais vu une description aussi précise, et on ressent très bien que l'auteur à vécu dans la maison.. Mais personnellement ça m'a plus perdu qu'autre chose et je n'ai jamais réussi à comprendre comment était la maison où il vivait.
Heureusement, il n'y a pas eu beaucoup de chapitres aussi descriptifs, mais dès que je tombais dessus, j'avais un petit blocage.

Outre ce petit désagrément, nous suivons l'auteur et sa femme dans une partie de leur vie dans une location, où un chaton voisin va, de temps à autre, pointer le bout de son museau.
J'oubliais régulièrement que le narrateur était un homme, si bien que dès qu'il disait "Ma femme", je me trouvais à redécouvrir le roman.

Je me suis laissée porter dans ce roman, où il n'y a pas, ou très peu, de temporalité, pour situer le lecteur.
Les chapitres sont très courts et passent à une vitesse folle, si bien que j'avais l'impression de louper des pages.

Après le chapitre 18, j'ai ressenti un engouement pour aller au bout des 29 chapitres, et une fois terminé, je me suis dis qu'on pouvait sans doute relire le roman en ayant une autre vision, un peu comme une enquête.

Je vous déconseille de lire ce roman si vous êtes fatigué, je pense que ça a grandement joué sur mon incompréhension des chapitres les plus descriptifs de la maison.
Cependant, je vous recommande grandement la version illustrée !
Elle est comme toutes les autres, absolument magnifique, de la couverture, au papier utilisé et à la qualité des impressions. Et le petit plus c'est qu'elle est à peine plus chère que la version classique.

Ce n'est pas une de mes meilleures lectures, mais ça reste un roman agréable à lire.
Il est à retrouver au éditions Philippe Picquier

A propos de l'auteur

Hello ! Moi c'est Lalaa, passionnée par la culture Japonaise depuis bon nombres d'année. Je suis devenue rédactrice roman après avoir testé plusieurs catégories sur Japan Glossy. Je prends plaisir a vous faire découvrir des romans japonais récent comme plus vieux.

Laisse un commentaire :-)