Interview de Nicke, auteure de Beyond the Clouds !

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Durant la Japan Expo 19e Impact, notre équipe et celle de Fant’asie avons eu la chance d’interviewer la talentueuse Nicke, auteure du titre Beyond the Clouds. Cette création originale des éditions ki-oon est disponible en France depuis le 5 juillet 2018. Certaines de nos questions étaient osées mais Nicke a joué le jeu et a accepté d’y répondre !

Nous avons lu l’interview très complète que l’on retrouve dans le T.1 de Beyond the Clouds mais pouvez-vous rapidement à nouveau vous présenter ?

Bonjour,

Enchantée, je m’appelle Nicke et je suis l’auteure de Beyond The Clouds, j’espère que cela vous plaira. J’ai fait une école de design et j’ai aussi sorti des magazines amateur de manga pour me former avant d’arriver à cette étape de la sortie d’un manga relié.

Comment vous est venu la genèse, l’inspiration pour Beyond The Clouds ? (Fant’asie)

Mes grands frères étaient de grands joueurs de jeux vidéo, en particuliers de Final Fantasy et ils avaient aussi la bande son de ces jeux. Un jours, j’ai emprunté celle de FFX et c’est un morceau en particulier qui s’appelle “A Fleeting Dream”, qui m’a beaucoup marqué. En l’écoutant j’avais cette image de la ville jaune et à partir de là, j’ai extrapolé pour créer l’histoire de la ville jaune et de ses personnages.

Justement, en parlant des personnages, qu’est-ce qui vous a inspiré le caractère de ses derniers et en particulier celui de Théo ? Vous-êtes vous un peu inspirée de votre propre personnalité ?

Je me suis pas mal inspirée des membres de ma famille et de mes amis pour les membres de l’atelier Chikua, je n’ai pas pris de modèle en particulier mais c’est l’atmosphère générale qui m’a beaucoup aidé pour la création de mes personnages. Pour Théo, c’est vrai qu’on a pas mal de points communs, moi aussi j’aime beaucoup la lecture et j’ai l’habitude de me faire des films assez facilement et de me plonger dans des mondes imaginaires. Je pense que ce personnage peut me ressembler sur certains points.

On sent effectivement qu’il y a beaucoup d’influence des œuvres de Ghibli et notamment de Laputa, c’est une évidence, mais il a aussi quelques ressemblances avec le titre « Les Enfants de la Baleine », dans le style, l’atmosphère et l’approche. Sont-ce des influences involontaires ou bien recherchées ? (Fant’asie)

Laputa est effectivement un film qui m’a beaucoup marqué, j’adore ce dessin animé, je l’ai regardé plein de fois depuis que je suis toute petite, donc j’ai certainement été influencée par cet univers. Par contre pour les enfants de la baleine, je ne l’ai jamais lu. Je ne connais que de nom, donc je ne pense pas du tout avoir été influencée par cela.

Pour continuer à parler des choses qui vous ont influencées, j’ai vu dans un passage du manga que vous explorez un peu le domaine féerique. Avez-vous été inspirée par les contes populaires européens ?

Je n’ai pas vraiment été influencée par les contes de Grimm, Les Contes de Perrault ou ce genre d’histoire classique européenne. Par contre, j’ai eu la chance d’aller au Canada pendant quelques semaines quand j’étais lycéenne et là-bas la nature est magnifique. Je me suis promenée dans des forêts avec des arbres immenses et ça m’a beaucoup marqué. Je pense c’est peut-être de là que proviennent certains paysages de Beyond the Clouds.

Je voulais revenir sur l’édition de cette création originale. Quelle est la différence lorsqu’on travaille avec un éditeur français plutôt qu’avec un éditeur japonais ? (Fant’asie)

J’ai effectivement déjà été en contact avec un éditeur japonais, un éditeur de square Enix. Il m’avait demandé à l’époque d’introduire un peu plus d’éléments de romance et de retravailler un peu plus mes personnages pour qu’ils soient plus adulte pour essayer de faire une publication en magazine. Je pense que c’était justement pour m’exercer dans des domaines où je n’avais pas l’habitude d’aller mais comme ce n’était pas vraiment mon truc finalement ça n’est pas allé plus loin. Pendant ma collaboration avec ki-oon au moment de créer Beyond the Clouds, on m’a aussi demandé de mettre un peu de suspens et un peu d’action et là aussi c’était encore des choses que je n’avais pas l’habitude de faire dans les magazines amateurs, donc je pense qu’il y a toujours des demandes de la part de chaque éditeur et qu’il n’y a pas foncièrement de différence dans la façon de travailler pour un éditeur français et un éditeur japonais. Après le processus de création avec ki-oon j’envoie mon storyboard, et mon éditrice le vérifie. Si c’est ok je me lance tout de suite dans la finalisation des pages et si il y a besoin de corrections alors je les fait avant de renvoyer en vérification.

Avez-vous cherché à vous adapter au public français lorsque vous avez crée Beyond the Clouds ?

Non, j’ai vraiment fait mon histoire comme j’en avais envie, sans avoir de public ou une cible en tête d’autant plus que mon éditeur me laisse assez libre de mes choix donc ce n’est pas dans cette optique là que je travaille.

Avez-vous déjà un ordre d’idée du nombre de tomes à paraître et connaissez-vous déjà la fin de votre histoire ? (Fant’asie)

J’ai déjà décidé de la fin mais je n’ai pas encore décidé du nombre de tome, j’ai à peu prés calé les grandes étapes mais il se peut que je fasse quelques détours avant d’y arriver. Je me dirige vers une fin que je connais déjà mais le chemin ne sera peut-être pas celui auquel j’avais pensé au départ.

Peut-on s’attendre à des passages plus sombres dans les tomes à venir ?

Non je ne pense pas que ce soit une œuvre qui soit foncièrement amenée à devenir sombre. J’aimerais surtout que mes lecteurs ressentent de la chaleur dans leur cœur à la fin de la lecture donc c’est plutôt comme cela que j’essaie de construire mon histoire.

Concernant votre style graphique, il est très beau et travaillé, et bien que cela soit du digital, cela doit vous prendre énormément de temps. Est-ce votre style graphique habituel ou vous êtes-vous adaptée à l’ambiance que vous vouliez donner à votre titre ? (Fant’asie)

C’est un style graphique que j’ai depuis longtemps et que je n’ai pas fait expressément pour le titre. Tous mes dessins sont de ce style là. J’aime bien l’idée des traits légers, pas trop figés. C’est mon style et je pense que ça le sera encore sur mes prochaines œuvres.

Théo réussira t’il a sortir de la ville jaune ?

Oui, il va réussir à quitter la ville jaune.

Vos dessins sont vraiment magnifiques et ils le sont d’autant plus en couleurs ? Prévoyez-vous de faire un titre tout en couleur un de ces quatre ?

Merci ! J’aimerais bien faire quelques pages couleurs en début de tome, mais je ne pense pas faire tout un tome. Ce serait beaucoup de travail !

Nicke - auteure de Beyond the clouds

Nicke – auteure de Beyond the clouds

Merci à vous pour ce temps que vous nous avez consacré et pour toutes les précieuses informations que vous nous avez donné concernant votre titre. Nous sommes impatients de pouvoir lire la suite et espérons que le public français saura accueillir le titre comme il se doit.

#CONCOURS

Gagne le tome 1 de Beyond the clouds ainsi qu’une dédicace de l’auteur !

Pour cela, Abonne toi à la chaîne Japan Glossy et lâche un pouce bleu pour la vidéo de l’interview.

Ensuite toujours sur YouTube, dans les commentaires sous la vidéo de l’interview, réponds à la question suivante : Quel pays a inspiré l’auteure pour les paysages et l’univers de Beyond the Clouds ?

Le gagnant sera tiré au sort parmi les bonnes réponses le mercredi 24 octobre 2018. Le résultat sera annoncé en réponse aux commentaires sur YouTube et sur nos réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Instagram). 

N’hésitez pas à vous abonner à la chaîne des éditions ki-oon !

Attention : Frais postaux offerts pour la France métropolitaine uniquement. 

 

Partager.

À propos

Sidial

Un peu folle sur les bords, je suis fan de shojo manga et de tout ce qui est kawaii. Mes mascottes préférées sont Funassyi et Kumamon. J'adore manger et dormir !

Laisser un commentaire