vendredi 23 février | 14:03

Le Château de Cagliostro

0

Si vous ne connaissez pas encore Lupin 3e du nom,
le descendant charmeur et voyou du gentleman cambrioleur,
sachez qu’il a déjà volé votre cœur.

Ce film est un Miyazaki méconnu en Occident, alors qu’il est son tout premier long métrage. Avant cette réalisation il connaissait déjà Lupin the Third, ayant travaillé sur les deux premières saisons de la série éponyme. Débutée en octobre 1971, les aventures sur petits et grands écrans de notre voleur charmeur restent d’actualité ! Tout comme sa popularité sur le sol nippon. Né sous le crayon de Monkey Punch en août 1967, Lupin III a su sortir de ses cases mangas pour conquérir le monde.

Titre original : ルパン三世 カリオストロの城, Rupan sansei: Kariosutoro no shiro
Durée : 100 min
Genres : Aventure – Mystère – Comédie
Thèmes : Crime – Enquête – Actions
Diffusion : 15/12/1979
Studio : TMS Entertainment

Synopsis du film

Bien que séduire les plus jolies femmes du monde soit son passe-temps favori, Edgar, gentleman-cambrioleur, vient de dévaliser avec succès un casino très protégé. C’est alors qu’il découvre que tous les billets de banque qui constituent son butin sont faux. Froissé d’avoir été si facilement abusé, il découvre que les fausses coupures proviennent d’un petit État, la petite principauté de Cagliostro. Il décide de s’y rendre, bien décidé à se venger, et du même coup à voler la plus importante somme de sa carrière. 

Mais derrière les murs épais du château de Cagliostro et ses défenses ultramodernes réputées infranchissables, le mystérieux Comte des lieux retient prisonnière la jeune princesse Clarisse. Cruel et cupide, le comte désire l’épouser et découvrir grâce à elle, le secret de l’ancestral trésor des Cagliostro. Une occasion en or pour Edgar, qui compte bien mettre la main sur les précieux biens du Comte et voler au passage le cœur de la demoiselle…

Chäteau Cagliostro
  • Lupin : Selon les adaptations, nous n’avons pas toujours affaire à un héros romantique et rigolo. Ici, il a conscience de se donner le rôle d’un prince charmant. J’aime ce Lupin s’amusant à taquiner ses adversaires, à sortir de situations dangereuses d’une façon toujours ridicule et à charmer/rassurer la douce Clarisse. Et ce sans jamais perdre de vue son avarice !
  • Cadre poétique : Plusieurs fois le film nous invite à admirer avec les personnages de magnifiques décors. Bien que les graphismes de Miyazaki se soient perfectionnés au fil des réalisations, à ses débuts on en prend déjà pleins les yeux.
  • Thème musical : Si vous connaissez déjà Lupin, vous retrouverez avec plaisir ses thèmes emblématiques. Le film nous offrant aussi une magnifique chanson originale “Fire Treasure“. Son compositeur Yuji Ohno ayant travaillé sur d’autres séries/films du même cambrioleur en étant secondé par son propre concept-band Lupintic Six !
  • Mal vieilli : Bien que Lupin III soit intemporel, on voit à ses gadgets et à certaines animations que le film a prit un coup de vieux. Comme on peut trouver le scénario “sauver la princesse” déjà vu, trop simpliste, rattaché à une époque révolue.
  • Personnages secondaires : Lupin fait malheureusement de l’ombre à ses complices. Fumiko, Jigen, Goemon et Zenigata l’aident plus d’une fois mais ils auraient mérités plus de scènes mémorables. Même si Zenigata revient plusieurs fois à l’écran avec son enquête en parallèle, les autres auraient aussi pu avoir plus de visibilité.
  • Clichés : Si vous n’êtes pas fan des films d’espionnages, vous pourriez détester Fumiko car incarnant la femme fatale type des James Bond. Ou les codes de samurai et les manières désuets de Goemon, (même les autres personnages le trouvent vieux jeu !)

Anecdotes sur Lupin The Third

  • Alors que le DVD “Le château de Cagliostro” a foulé le sol français tardivement ( le 22 juin 2011), le film fut diffusé dans nos salles sombres seulement le 23 janvier 2019 !
  • Connu en France sous l’identité de “Edgar de la cambriole” , le 2e doublage de ce film (1996) a remplacé son nom anglais/américain “Wolf”. Mais le 3e doublage de 2005 a rétabli Edgar.
  • le nom initial n’a pu être utilisé en dehors du Japon qu’à partir de janvier 2012. Monkey Punch n’ayant pas demandé les droits de Maurice Leblanc pour le nom, un accord fut convenu pour qu’il reste sur le sol japonais jusqu’à la mort de l’auteur.

 

7.6
76%
Bravissimo !

Je vais vous surprendre en ne mettant pas un 10/10 à ce film, pourtant merveilleux ! Tout simplement car il n'est pas mon préféré parmi ceux de Lupin III. Ni parmi ceux de Miyazaki. Je le qualifierai plutôt de long métrage se savourant comme un bon vin. Certains spectateurs le trouveront trop vieux, dépassé, en 45 ans d'existence. On y verra un premier jet du créateur des studios Ghibli, son premier pas dans le monde des longs métrages, et pas forcément sa meilleure réalisation. Les plus pointilleux feront des connexions avec ses futurs autres films et auront un sentiment de déjà vu.

Mais les personnes qui sauront remettre Le Château de Cagliostro dans son contexte et apprécier sa simplicité seront ravis de le découvrir. N'est-ce-pas plaisant de voir des brides de ce film continuer d'inspirer ses autres créations ? De se dire que son style n'a cessé d'évoluer pour se bonifier ? Que ce Lupin contraste énormément avec le voleur sadique et pervers du manga original ? Que Miyazaki a pris le parti d'en faire un gentleman sans autre arrière pensée qu'un baiser chaste ? (Bon on devine qu'il aimerait bien plus mais ici il reste galant jusqu'au bout).

On semble vivre un rêve éveillé, où Lupin se plait à se prendre pour le sauveur d'une demoiselle en détresse. Alors qu'il pourrait se contenter de voler le butin du Comte et d'aider Clarisse, il installe une ambiance rassurante pour celle-ci. Il profite de son innocence non pour abuser de sa confiance, mais pour la conforter dans le scénario "Le prince charmant vainc toujours le méchant et la princesse est toujours sortie d'affaire sans égratignure". Ses compagnons ont conscience qu'il romantise la situation et joue sur celle-ci pour en même temps jouer avec les nerfs du Comte. J'aime ce gentleman fripon qui semble être tout le temps maître de la situation, voire même être le scénariste !

Bien sûr on nous montre plusieurs fois qu'il mérite son titre de Roi de la ruse : déguisements, gadgets, détournements de situations, énigmes à résoudre... Ses compagnons étant eux-aussi maîtres dans leur domaine ! Les talents d'espionnages de Fumiko, l'art du sabre maîtrisé à la perfection par Goemon, les tirs infaillibles de Jigen et la perspicacité légendaire de Zenigata sont aussi au rendez-vous. Même en ayant vu seulement quelques films de leurs aventures, ils restent ici des aides précieuses car très compétents.

Je comprends que le film puisse déplaire comme être une belle révélation. Je vous invite à juger cette œuvre majeure par vous même et à nous partager votre avis en commentaire. Car même s'il n'est pas mon film d'animation préféré, il est de ceux que j'invite fortement à découvrir. Il a tout pour plaire : des décors enchanteurs, des musiques envoutantes, des héros malicieux, des péripéties captivantes, un scénario qui ne cesse de se complexifier... Ce qui en fait un film magique à sa façon.

  • Scénario
    6
  • Thème
    7
  • Personnages
    7
  • Graphismes
    9
  • Musiques
    9

A propos de l'auteur

よろしくおねがいします ! Je m'appelle Marie et je suis la rédactrice animé de cette joyeuse bande d'amies. J'espère vous faire découvrir pleins de séries/films d'animations japonaises (des films intemporels comme des séries récentes) Voir échanger avec vous sur nos œuvres préférées. またね !

Laisse un commentaire :-)