jeudi 22 avril | 01:16

Le Japon en stop par Julien Inverno

2

Ne vous y trompez pas, ce titre n’est en aucun cas un guide pratique sur comment faire du stop au Japon. Il s’agit d’un récit de voyage. Celui d’un couple de français ayant eu un jour la folle idée de parcourir le Japon en faisant du stop.

Alors pourquoi est-ce une idée folle, me direz-vous ? Le stop ne fait clairement pas partie de la culture japonaise et pour cause : faire du stop, c’est demander à ce qu’on nous rende service. Au Japon, lorsqu’une personne nous rend service, on lui est redevable et il faut pouvoir lui rendre la pareille. Or, lorsqu’on fait du stop, on sait bien qu’on ne pourra pas rendre la monnaie de sa pièce à notre bienfaiteur. C’est l’une des raisons qui explique que les japonais ne fassent pas de stop.

Mais ce voyage devient encore plus fou lorsqu’on apprend que le budget du couple pour ce voyage de 3 mois est de 20€ par jour pour 2, soit 10€ par personne tout compris (transport, logement, repas, loisirs). A titre d’exemple, une simple sortie ciné / Mac do vous coûterait plus cher. Alors imaginez qu’en plus, vous deviez vous loger et vous déplacer sur plusieurs kilomètres avec ce même budget.

Pour y parvenir, 2 options s’imposent : celle bien évidemment de faire du stop, d’autant plus que le transport au Japon a un coût relativement élevé. Et faire du couchsurfing ou du camping sauvage, bien que ce dernier soit illégal au Japon.

Bon, je l’avoue, n’étant pas du tout “baroudeuse”, j’ai eu beaucoup de mal à me mettre dans l’ambiance du voyage. Cela m’a beaucoup frustrée, car j’ai dû prendre sur moi pour m’ouvrir à l’idée qu’on puisse partir à l’étranger avec le strict minimum de préparation et sans vraiment savoir de quoi va être fait le voyage.

Néanmoins, il faut reconnaître que le récit aura tout de même suscité en moi pas mal de sentiments : de l’agacement, du rire, mais surtout de l’émotion. Cette émotion, je l’ai ressenti à la lecture de ces portraits de personnes rencontrées au cours du périple. Betty, les Iraniens, Kazu le moustachu, Kengo l’homme du bar… Des personnes pleines d’humanité qui ont toutes fait preuve de beaucoup de gentillesse et de générosité de manière totalement désintéressée. Et c’est un sentiment agréable que de savoir qu’il existe encore autour de nous, des personnes au grand cœur.

D’ailleurs, j’ai trouvé vraiment dommage de ne pas avoir pu mettre un visage sur toutes ces belles personnes. Je pense notamment à Betty, qui m’a vraiment touchée. A vrai dire, les photos ne sont pas toujours de bonne qualité. Elles sont parfois mal cadrées, sombres ou floues mais on comprend plus tard que l’auteur ne pensait pas rédiger ce titre avant de réaliser son voyage.

L’autre chose que je regrette c’est qu’à aucun moment Julien ne mentionne les risques encourus par la loi en cas d’arrestation pour camping sauvage. Il y a bien quelques conseils et informations pratiques mais pas suffisamment à mon goût. Je retiens tout de même que l’emplacement idéal pour faire du stop est un grand axe proche d’un kombini.

Malgré tout, je pense qu’une telle expérience de voyage mérite d’être lue, ne serait-ce que pour avoir un angle de vue nouveau sur un mode de voyage que peu d’entre nous oseraient choisir. Le fait que l’aventure ait lieu au Japon permet d’avoir en plus, quelques informations sur la vie des japonais et expatriés installés au pays du Soleil Levant.

Pour conclure, je dirais que Le Japon en Stop est un carnet de voyage, qui vous plaira à coup sûr si vous envisagez de voyager au Japon avec un micro budget. Pour les autres, ce titre sera l’occasion pour vous de vous ouvrir sur une méthode de voyage atypique qui soit vous séduira, soit vous confortera dans votre propre méthode de voyage. Au cours de votre lecture, vous aurez le droit à de nombreuses pages de récit évoquant les difficultés du couple à se faire prendre en stop ou à trouver un lieu où planter leur tente sous la pluie battante. Mais vous aurez aussi la chance de lire quelques portraits de japonais et d’étrangers au grand cœur, venant en aide aux baroudeurs de l’extrême.

Les + :

  • un récit qui permet d’avoir un retour d’expérience sur le voyage en stop au Japon
  • des portraits de personnes au grand cœur qui redonnent foi en l’humanité.
  • quelques conseils de “baroudeur”.

 

Les – :

  • un récit parfois redondant
  • des photos de qualité moyenne
  • peu de conseils sur les choses à faire ou à ne pas faire pour éviter les mauvaises situations vécues.

 

 


Titre : Le Japon en stop
Auteur : Julien Inverno
Parution : 11/03/2021
Nombre de pages : 176
Format : 14,8 x 21 cm
Prix public : 14,90 €
ISBN : 978-2-379890-63-5

 

Acheter le livre >>

 


N’oubliez pas de respecter les lois en vigueur dans le pays que vous visitez si vous ne voulez pas que votre voyage se transforme en cauchemar.

 

A propos de l'auteur

Salut à tous ! En temps que grande fan de la culture japonaise, je fais au mieux pour partager ma passion à travers ce site. J'adore papoter, donc n'hésitez pas à me laisser un commentaire sous l'article. Je serai ravie d'échanger avec toi ;-)

2 commentaires

  1. Merci pour cet avis Sidial, j’avoue qu’en ne jugeant qu’à la couverture et au titre ( et j’avoue ne pas être une baroudeuse également ^^’) j’ étais assez dubitative quant au contenu, mais c’est très chouette qu’ils aient accès sur l’humain et la générosité des Japonais qui les ont aidés, j’irai sûrement feuilleter le livre ✌️✨

    • Alors en vrai, y a pas beaucoup de japonais. C’est surtout des expatriés ou alors des japonais qui ont l’habitude des cultures étrangères. Mais c’est ce côté social que j’ai eu envie de retenir. Pour le reste, ça m’a surtout conforté dans l’idée que ce genre d’expérience n’est pas pour moi XD

Laisse un commentaire :-)