La courtisane d’Edo – Tome 01

0

Titre : La courtisane d’Edo – Tome 01
Mangaka : Kanoko SAKURAKOUJI
Date de parution : 04/04/2018
Éditeur : Pika Edition (Pika Shojo – Red Light)
Type : Shojo
Genres : Romance – Drame – Historique
Prix : 6,95€
Nombre de volumes dispo : 1/8 (en cours)
ISBN : 978-2-8116-3266-3

Résumé de La courtisane d’Edo – Tome 01 :

Dans le quartier des plaisirs de Yoshiwara, à l’époque d’Édo, Akané est une jeune orpheline issue de la noblesse militaire. Suite au mystérieux  assassinat de ses parents, elle décide de se jeter dans la gueule du loup en se présentant dans  une maison close de grand luxe : l’Akebonorô.  Sa rencontre avec Sôsuke, jeune prêteur sur gage  et grand séducteur à l’intelligence acérée,  va littéralement bousculer son destin.  Dans cet environnement où la luxure est reine,  cette apprentie courtisane s’apprête-t-elle  à goûter au paradis ou à l’enfer ?

Lire un extrait »

La nouvelle série par l’auteure de Black Bird

Dans le quartier des plaisirs de Yoshiwara,  à l’époque d’Edo, Akane est une jeune orpheline issue de la noblesse militaire. Suite au mystérieux assassinat de ses parents, elle décide de se jeter dans la gueule du loup en se présentant dans une maison close de grand luxe : l’Akebonorô.
Sa rencontre avec Sôsuke, jeune prêteur sur gage et grand séducteur à l’intelligence acérée,  va littéralement bousculer son destin.  Dans cet environnement où la luxure est reine, cette apprentie courtisane s’apprête-t-elle à goûter au paradis ou à l’enfer ? Après  Black Bird  et  Last Notes, Kanoko Sakurakouji signe son grand retour avec  La courtisane d’Edo. Mais cette fois, la mangaka quitte l’univers des Yôkaï pour inscrire son histoire dans une époque historique majeure  : l’ère d’Édo. Akané est une héroïne forte, déterminée, dont on suit la formation de courtisane avec grande attention.  Car dans ce décors digne des plus belles estampes, les complots et machinations ne sont jamais  très loin…

L’auteur :

Née le 8 août à Tokyo, Kanoko Sakurakouji est Lion, de groupe sanguin AB. En France, elle est connue pour ses titres Black Bird et Last Notes. Aujourd’hui, elle édite des séries dans les magazines de prépublication Betsucomi et Deluxe Betsucomi.

Le mot de Kanoko Sakurakouji dans La courtisane d’Edo – Tome 01 :

Chers lecteurs,
Et voici un thème historique que j’ai toujours voulu aborder : le quartier des délices de Yoshiwara. NB : Il ne s’agit ni d’une oeuvre fantastique qui ferait apparaître des yôkai, ni d’une histoire d’amour tragique… Si c’est ce que vous attendiez, désolée… Nous sommes toutes des héroïnes de romance.

Kanoko Sakurakouji

Chronique de Sidial

7.0
70%
Intriguant

Alors qu’Akane fait le choix d’entrée et d’être vendu dans l’une des plus célèbres maisons de passe du quartier des plaisirs de Yoshiwara, elle fait la rencontre d’un riche jeune homme prêt à tout pour s’offrir les faveurs de la demoiselle. Mais le jeune homme est arrogant et Akane n’a pas la tête à cela. Elle est en  formation et durant cette période, elle ne peut offrir ses services à aucun client. Petit à petit, on découvre les raisons qui font qu’Akane souhaite devenir l’une des meilleurs courtisane de la plus célèbre maison de passe de Yoshiwara. Son objectif est de retrouver l’assassin de ses parents.

Dans ce shojo au scénario novateur, on entre dans le monde des maisons de passes japonaises des années 1845. L’histoire se situe quelques années après la reconstruction du quartier de Yoshiwara et un peu avant qu’Edo ne soit rebaptisé Tokyo.

Dès les premières pages, on comprend qu’Akane a elle même fait le choix de devenir courtisane. Elle semble déterminée à devenir l’une des meilleurs du quartier de Yoshiwara. Mais pourquoi tant de détermination ? Ce n’est que plus tard dans le manga qu’on comprend que celle que tout destiné à une vie paisible, a vu son destin basculer dans la tristesse lorsque ses parents ont été assassinés par un mystérieux inconnu. Cependant, Akane a vu un signe distinctif sur le corps de l’assassin de ses parents. Son objectif, retrouver coute que coute celui qui lui a volé sa famille, ses fiançailles et sa vie.

Ce titre est très bien réalisé, non seulement l’intrigue est intéressante, mais en plus il nous permet d’en apprendre un peu plus sur l’une des facettes du Japon en nous délivrant des informations sur le quartier de Yoshiwara et la vie à cette époque.

Bien que douce et de bonne famille, Akane qui n’a que 15 ans est déjà trop vielle pour intégré une maison de passe en tant qu’apprentis. Pourtant, Akane a su convaincre par sa ténacité et sa motivation. C’est une fille qui a du caractère et qui sait ce qu’elle veut. On sent qu’elle a beaucoup souffert et que son passé l’a endurcit. Peu de temps après son arrivée à Yoshiwara, Akane fait la rencontre de Sôsuke, un jeune prêteur sur gage, intelligeant, séducteur mais surtout très arrogant. Sôsuke à l’air de très apprécier la jeune fille, pourtant face à elle, il ne fait qu’être désagréable, chose qui pousse Akane à l’éviter le plus possible. D’autres personnages secondaires vont faire leur apparition et apporter leur part de mystère à l’intrigue. Pour Akane, certains de ces personnages seront de fidèles amis et d’autres de fourbes ennemis.

Coté graphismes, on ne peut qu’apprécier le dessin de Kanoko Sakurakouji, qui a déjà plusieurs titre à son actif. Son trait et fin et épuré. Les trames sont peu présentes et j’aurais aimé une peu plus de détails au niveau des décors, mais la lecture est fluide et agréable. Les notes que l’auteur nous donne proviennent des recherches qu’elle a effectuées pour coller au plus prés de la réalité.

Les éditions Pika ont comme d’habitude, fait du très bon travail. Ce titre est le premier à être publié dans la nouvelle sous-catégorie Red Light. Pour plus d’info sur les nouvelles sous catégories Shojo Addict de Pika edition, rendez-vous ici !

En conclusion, La courtisane d’Edo est un titre très prometteur, dans lequel énigme et romance se mêlent avec brio dans un scénario plein de suspense. Je suis impatiente de pourvoir lire la suite.

  • Histoire
    8
  • Personnages
    7
  • Style graphique
    7
  • Qualité du livre
    6
Partager.

À propos

Sidial

Un peu folle sur les bords, je suis fan de shojo manga et de tout ce qui est kawaii. Mes mascottes préférées sont Funassyi et Kumamon. J'adore manger et dormir !

Laisser un commentaire