Fullmetal Alchemist, l’équipe du film vous dévoile tout !

0

A l’occasion de la Japan Expo 18e Impact, l’équipe du film Fullmetal Alchemist a donné une conférence de presse à laquelle nous avons eu l’honneur d’assister. Durant l’événement, le réalisateur Fumihiko Sori (FS), l’idole du groupe Hey ! Say ! JUMP !, Ryosuke Yamada (RY) et l’actrice Tsubasa Honda (TH) ont joué le jeu des questions/réponses avec les journalistes.

FS : Bonjour, je suis le réalisateur de Fullmetal Alchemist (FMA). J’espère que le film vous plaira et merci d’être là.

RY : Bonjour, je suis Ryosuke Yamada, merci d’être là. On a travaillé dur pour que FMA qui est aimé dans le monde entier soit quelque chose de bien. Merci à vous d’être là.

TH : Bonjour, je m’appelle Tsubasa enchanté. Je suis venue à Paris pour faire la promotion de ce film et j’espère qu’il vous plaira à tous.

Vous venez de terminer la conférence avec la projection d’extraits. Quand avez-vous pensé et comment vous sentez vous ?

RY : C’est vrai qu’il y eu un grand enthousiasme du public. Ça m’a permis de redécouvrir que la culture japonaise est aimée en France.

TH : C’est vrai que nous avons vraiment ressenti l’enthousiasme du public et c’est comme ça que nous avons nous aussi pris beaucoup de bon temps à faire cette conférence. Nous espérons que tout le monde appréciera ce film.

FS : Au début j’étais un peu inquiet car Japan Expo est d’abord basé sur la promotion des manga et des anime mais j’ai vraiment ressenti l’enthousiasme du public et son ouverture au film. J’étais vraiment très content.

Les acteurs auraient-ils des anecdotes particulières à nous raconter concernant le tournage du film ?

RY : Vu que c’est un manga à la base, le héro doit faire des actions assez physiques et la cape rouge qui était en cuir était très très lourde, alors c’était vraiment difficile de jouer avec cette cape.

TH : Ryosuke Yamada était habillé tout de cuir, il avait un pantalon en cuir, un haut en cuir et une cape en cuir alors que le tournage était en été, il faisait vraiment très chaud ! J’avais beaucoup de peine pour lui.

J’aurais voulu savoir si HIROMU ARAKAWA avait vu le film et si c’est le cas ce qu’il en a pensé ?

FS : Il existe une vidéo d’extraits, qu’on a projeté tout à l’heure lors de la conférence public et il l’a vu, sinon personne n’a encore vu le film en entier. Il a aussi assisté à quelques scènes de tournage et il était très émerveillé du travail qui était fait donc je pense qu’il est très content.

Quand on connaît la licence, on se doute que c’est un film qui doit se jouer sur fond vert car il y a énormément d’effets. Comment se prépare-t-on à jouer sur fond vert, comme lorsqu’il vous a fallut jouer avec Alphonse qui n’est pas fait de chair ?

RY : L’action en fond vert n’est pas plus difficile que ça, le plus difficile était vraiment de jouer avec Alphonse qui est censé faire 2 mètres de haut et qu’on ne voyait pas physiquement puisque qu’il  n’existe qu’en graphisme. En plus, l’origine du son de sa voix et là où nous devions regarder était à deux endroits différents, ce qui ne nous a pas facilité les choses.

Et pour le réalisateur, est-ce que ça a été dur ?

FS : J’étais inquiet du fait que les acteurs devaient parler dans le vide, devaient se battre dans le vide, surtout qu’ils sont tous les deux très jeunes mais en fait ça s’est très bien passé, ils ont très bien joué. Je suis vraiment très content de leur travail.

Est-ce que tout a été tourné en studio ? Si non, où avez-vous tourné ?

RY : Non, les actions ont été filmées en fond vert au Japon mais tout ce que vous voyez en paysage occidentaux a été filmé en Italie. Par la suite, ils ont mélangé le graphisme et les vraies images tournées en Italie.

Combien de temps avez-vous tourné en Italie ?

RY : J’y suis allé une dizaine de jours, mais le staff complet a dû y aller un bon mois.

TBS : Edward est un personnage très viril. Comment avez-vous fait pour rentrer dans le rôle ?

TH : Ryosuke Yamada est quelqu’un de très gentil et galant de base donc il n’a pas eu besoin de se forcer pour jouer le rôle.

FS : Ce qui est le plus impressionnant est que Ryosuke Yamada n’a pas eu de doublure, il a donc fait toutes ses scènes d’action lui-même, si ça ce n’est pas être viril, je ne sais pas ce que c’est ! Il y a une scène où il devait sauter de très haut, il devait courir d’une traite sur 25 mètres avant de sauter. Normalement, un acteur classique a quelques essais à faire avant, mais Ryosuke Yamada est arrivé sur place, il a vu le point d’où il devait sauter, il a dit : « Ok, je peux le faire » et il l’a fait en une seule traite, en un oneshot s’était fait.

On se moque souvent de Edward car c’est un personnage très petit, cela n’a pas été trop difficile d’être choisi pour ce rôle où on se moque toujours de sa taille ?

RY : C’est un peu mitigé car je suis content mais je ne savais pas au début. Je ne pense pas avoir été choisi uniquement pour ma taille et je suis très content d’avoir eu ce rôle alors rien que pour cela je remercie mais parents (rires).

Étant donné que vous avez travaillé sur fond vert et que vous n’aviez pas eu l’occasion de voir ce que cela donnait jusqu’à aujourd’hui, qu’est ce que vous avez pensé en voyant les images ?

RY : Il y a une scène où je devais me battre avec un monstre et en voyant les images, je me suis aperçu qu’il était beaucoup plus grand que ce que j’imaginais en fond vert. Ensuite, Alphonse m’a vraiment impressionné de par sa qualité graphique. Je n’imaginais pas que le rendu serait aussi réel.

TH : C’est vrai que pendant le tournage, on n’avait pas grand-chose d’Alphonse, on avait juste le dessin de son visage à l’endroit où nous devions regarder, alors en voyant les images du film, on était très impressionnés car on croirait presque qu’il était présent avec nous sur le tournage. C’est vraiment étonnant.

Qu’est ce que ça fait de faire une tournée internationale, vu que vous avez fait L.A. avant Paris ?

RY : C’est vrai que jusqu’à présent je  n’avais pas eu l’occasion de faire de tournée internationale et que ce soit pour LA, Paris ou au Japon, c’est vrai que l’enthousiasme est très différent d’un pays à l’autre, c’est très intéressant à vivre.

TH : Je n’étais pas présente pour l’événement de L.A. mais j’ai été très impressionnée par l’accueil du public français, j’ai vraiment hâte que sorte le film !

J’ai entendu des cris d’émerveillement tout à l’heure sur scène lors de la projection à la conférence publique, qu’est ce que ça vous fait de voir que FMA a autant de succès dans le monde ?

RY : L’histoire originale est très basé sur le facteur humain, les relations entre les personnages, il y a même des cotés très philosophiques, donc forcément que ça parle à chaque humain. C’est quelque chose de très personnel que je dis là mais pour moi, le succès de FMA est là !

TH : Oui, c’est vrai que FMA, c’est vraiment une œuvre basée sur les relations humaines, surtout les relations fraternelles entre les deux personnages principaux et je pense que c’est vraiment quelque chose qui parle à tout le monde et c’est pour ça qu’on a eu un accueil aussi chaleureux durant la conférence publique.

FS :   Je pense que l’histoire originale est de très bonne qualité et je suis convaincu que tout ce qui est de bonne qualité n’a pas de frontière. Sinon, pour ce qui est du personnage principal, je pense que même s’il est extravagant, il a aussi une profondeur émotionnelle et psychologique qui parle à beaucoup de monde.

Au niveau de la mise en scène, est-ce que vous vous êtes inspiré de ce qui a déjà été fait en animé ou bien vous êtes vous basé sur quelque chose d’autre ?

FS : Je me suis inspiré directement du manga, puisque je pense que si l’original est le parent des autres dérivés, on peut dire que l’animé est un fils et le film est un autre fils. Ils sont frères mais ils sont bel et bien différents.

Comment est-ce que vous réussissez à adapter le dessin très exagéré du manga en live action ?

RY : C’est vrai qu’on ne peut pas toujours reproduire toutes les réactions d’un manga dans un film, mais durant le tournage, j’avais toujours le manga en poche pour essayer de me rapprocher le plus possible des attitudes originales. Il y a une scène où le personnage d’Edward court et j’ai vraiment dû m’entraîner pour parvenir à reproduire un mouvement le plus ressemblant possible de celui d’Edward  dans le manga.

Ryosuke Yamada, vous êtes une star de la chanson, allons-nous avoir la chance de vous entendre vous ou votre groupe dans la BO du film ?

RY : Internationalement parlant, je ne pense pas être une star, mais de toutes les façons, je ne pense pas travailler sur la BO. Je suis présent dans le film en tant qu’acteur et j’en suis très heureux.

C’est avec cette question que s’est achevé le jeu des questions/réponses. Merci à l’équipe du film et à celle de Japan Expo de nous avoir permis d’assister à cette conférence de presse.

N’hésitez pas à réagir via les commentaires ou sur nos réseaux sociaux. 

 

Share.

About Author

Sidial

Un peu folle sur les bords, je suis fan de shojo manga et de tout ce qui est kawaii. Mes mascottes préférés sont Funassyi et Kumamon. J'adore manger et dormir !

Leave A Reply